Bien choisir son local lors de la création de son entreprise

L’implantation d’une entreprise est un élément essentiel de son succès. Elle conditionne en partie son réseau et ses interactions avec les fournisseurs, clients et salariés. Partant de ses besoins et de ses contraintes, liés à des facteurs comme l’activité exercée ou le type de territoire, celle-ci va choisir un emplacement plus ou moins intégré dans la ville. De plus en plus, le choix des entreprises se porte sur des zones d’activités dédiées comme les zones artisanales ou les parcs tertiaires. L’attractivité des zones d’activités pose aujourd’hui problème car les bourgs et les villes bénéficient moins de la présence d’entreprises produisant des biens ou des services. La ville se desserre progressivement entraînant un étalement urbain non maîtrisé. Comprendre les logiques d’implantation des entreprises permet de proposer des conditions favorables à leur installation dans un tissu urbain mixant activités, logements et services. Les pratiques présentées ici sont issues d’une vingtaine d’entretiens menés en Pays de la Loire avec des entrepreneurs (hors commerce et industrie) et des acteurs publics du développement local, complétés par la littérature.

Les conditions requises pour réussir la domiciliation de son entreprise

Lors d’une 1ère implantation ou d’une relocalisation, l’entreprise à la recherche d’un local ou d’un foncier repère grossièrement un secteur qui répond à ses contraintes les plus fortes. Elle arbitrera ensuite plus finement entre différents emplacements de ce secteur. S’installer auprès d’activités existantes Comme l’entreprise a de nombreuses interactions avec ses partenaires économiques, les activités gagnent à se concentrer sur une même région, un même territoire, un même pôle. C’est source d’économies, dites économies d’agglomération, pour 3 raisons :


  • 1. Le marché potentiel augmente car un grand nombre de clients, de prestataires de services et de fournisseurs sont rassemblés sur la zone géographique ;
  • 2. Les coûts de transport sont réduits lorsque l’entreprise utilise des prestataires ou traite avec des clients situés sur la même zone.
  • 3. Des économies d’échelle deviennent réalisables : lorsque plusieurs entreprises partagent des besoins identiques en services ou en fournitures, la proximité permet de mutualiser les services ou de concentrer l’activité dans une zone. Les coûts fixes des services aux entreprises, notamment ceux liés au transport, sont alors répartis sur un volume d’activité plus élevé, ce qui en réduit le coût unitaire

Créer une entreprise avec une stratégie de rentabilité

L’entreprise a pour objectif, la rentabilité. Elle recherche le niveau de profit désiré par son propriétaire ou ses actionnaires. Le profit est la différence entre le chiffre d’affaires et les coûts supportés. Pour augmenter son profit, elle doit augmenter son chiffre d’affaires via sa stratégie commerciale et réduire ses coûts. La stratégie commerciale amène l’entreprise à chercher un emplacement visible, à proximité de sa clientèle (entreprises ou particuliers). La stratégie de réduction des coûts porte sur les coûts fixes ou variables. Les coûts variables sont les coûts liés à l'activité de l’entreprise, ils sont proportionnels aux quantités vendues. La matière contenue dans un produit fabriqué, l'emballage sont des exemples de charges variables. Par opposition, les coûts fixes (qu’on appelle aussi coûts de structure) regroupent tous les autres coûts non proportionnels aux quantités vendues (amortissement des équipements, salaires et charges sociales, loyers, frais d’administration, de recherche et développement). Certains coûts, comme le transport de marchandises peuvent comporter une part fixe et une part variable. Le montant des investissements fait varier les coûts fixes. L’ambition de l’entreprise est avant tout d’avoir une activité suffisante pour être rentable, c’est-à-dire d’être au-dessus du seuil de rentabilité. Les entreprises jeunes ont des difficultés à atteindre ce seuil de rentabilité ce qui explique que seules 54% d’entre elles sont en activité 5 ans après leur création dans les Pays de la Loire en 2011 (51% en France).


Les nouveaux entreprise face à l’évolution technologique

Avec la montée en puissance du numérique, l’aménagement numérique du territoire est un facteur de bon fonctionnement des entreprises. A ce jour, son rôle dans la compétitivité reste inégal selon l’activité. Demain l’entreprise privilégiera les lieux équipés. De plus, du fait des nombreux flux de marchandises ou de personnes, la stratégie de localisation de la plupart des entreprises intègre la facilité d’accès de la logistique aux réseaux de transports, principalement routiers et autoroutiers. Les transports en commun sont aussi un atout, en particulier pour les entreprises de services qui demandent un déplacement de la clientèle ou vers celle-ci. Dans les petites villes ou les bourgs offrant un niveau de service faible (peu de cars, arrêts éloignés), les entreprises se fondent peu sur la desserte en transports en commun à la différence des villes moyennes ou grandes. D’une manière générale, les infrastructures améliorent l’accès client, les livraisons et les déplacements. Dans l’agglomération nantaise, on observe que les activités se concentrent autour des axes pénétrants et du périphérique. Les entreprises de production sont plus présentes à l’est sur l’axe en direction de Paris et à l’ouest sur les axes en direction de la côte atlantique.


Présentation Groupe Fiduciaire Chafii




Partager l'article sur

Partager sur Facebook Linkedin Twitter